Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'instant magique - Page 2

  • Favoriser le développement des trafics TGV

    La grande vitesse ferroviaire a « sauvé » le train et la SNCF. Mais paradoxalement, en bouleversant le système de relations entre Paris et les grands pôles urbains, le TGV a introduit une rupture dans le modèle ferroviaire français qui s’était construit sur un principe d’égalité de la desserte ferroviaire de tous les territoires au sein de la République. Cette rupture n’est toujours pas surmontée et deux conceptions s’opposent encore, celle qui considère que le TGV appartient pleinement à la sphère commerciale et est extérieure à la notion même de service public, et celle qui au contraire l’inclut dans le service public du transport de voyageurs. La rentabilité du TGV repose principalement sur la conquête du marché de l’aller-retour dans la journée, voire dans la demi-journée, des voyageurs se déplaçant pour des motifs professionnels entre Paris et les grandes métropoles françaises. Ce marché avec une très forte pointe de demande le matin et une autre le soir ne représente qu’un peu plus de 20% de la demande globale mais environ 35% du chiffre d’affaires et sans doute plus de la moitié de la marge opérationnelle. Il a été créé au début des années 1960 par la compagnie aérienne Air Inter qui a longtemps prospéré en le développant sans avoir à affronter de concurrence. Depuis l’ouverture en 1981 de la ligne Paris-Lyon, suivie en 1989 par l’ouverture de la ligne Atlantique vers Bordeaux, Nantes et Rennes, puis les lancements en 1993 de la ligne vers Lille, Londres et Bruxelles, en 2001 de la ligne Méditerranée et en 2007 de la ligne vers l’Est, le transport ferroviaire a progressivement conquis ce marché.

  • Heureusement, le sac à vomi était prévu

    Heureusement, il m'avait été livré avant le vol. Parce que sinon, j'aurais probablement repeint le cockpit de l'appareil. Il m'en faut beaucoup pour être malade, mais là, je n'ai pas résisté. Il faut dire que ce n'était pas vraiment un vol tranquille sur un avion de tourisme. Ce week-end-là, je découvrais les sensations qu'on éprouve à bord d'un avion de chasse. Ce vol extraordinaire avait lieu à Pontoise, et se concluait sur une phase de voltige aérienne. Je savais que ça allait secouer bien avant d'embarqué, mais je ne savais pas à quel point. J'avais pourtant fait des recherches sur le sujet. Mais étrangement, les retours sur ce sujet sont très peu nombreux sur le web : je n'ai trouvé que quelques récits isolés, pas toujours pertinents. C'était à croire que personne ne faisait de vol en avion de chasse. Ce qui semblait absurde, étant donné que le pilote, sur place, m'a garanti que son calendrier de réservations était plein chaque mois. Alors pourquoi un tel silence ? Pourquoi ne trouve-t-on pas plus de récits sur les blogs ? Il aura fallu que je vole moi-même pour comprendre. C'est tout simple : ça dépasse l'entendement. C'est impossible à décrire en mots. Je me suis même résigné à ne plus en parler à mes collègues, après m'être rendu compte que je ne parvenais pas à rendre la puissance de cet instant. Mais je vais quand même tenter de vous expliquer ça rapidement. Souvenez-vous de ce qu'on ressent dans les montagnes russes. Maintenant, multipliez ça par cinq. Et voilà, vous commencerez à vous faire une idée ce qu'on peut ressentir lors d'un looping. C'est de loin le truc le plus violent que j'aie eu l'occasion de faire. Trois quarts d'heure de vol, dont dix minutes d'acrobaties, lors desquelles j'avais l'impression d'être pressé par un poids invisible. Une expérience tellement violente que j'ai lâché quelques grossieretés et copieusement vomi mon café du matin dans un sac en papier. Ce qui est quelque peu gênant pour la vidéo du vol. En dépit de ça, si j'avais l'occasion de le refaire, je rempilerai sans hésiter. Parce qu'en fin de compte, ce vol était l'expérience la plus phénoménale que j'ai pu faire dans mon existence ! Le fusible de mon instinct de survie doit être grillé, c'est pas possible autrement... Voici le lien vers le prestataire qui fait ce vol en avion de chasse à Pontoise. Mais si vous êtes du genre à tomber malade dans un manège, n'y pensez même pas ! Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du site sur ce de baptême en L-39 à Paris Pontoise qui est très bien élaboré sur ce sujet.

  • La grippe partout sauf en Corse

    Lavez-vous les mains et limitez les contacts ! L’épidémie de grippe touche désormais toutes les régions de France métropolitaine, sauf la Corse, a indiqué jeudi l’agence sanitaire Santé publique France, dans son bulletin hebdomadaire. Dans la semaine du 18 au 24 décembre, « 6.213 passages aux urgences pour syndrome grippal ont été signalés et 15% des consultations de SOS Médecins ont eu pour motif un syndrome grippal », selon Santé publique France. En consultation de médecine générale, les cas de syndromes grippaux ont été estimés à 349 cas pour 100.000 habitants, « soit 227.000 nouveaux cas, en forte hausse par rapport à la semaine précédente ». Les régions les plus touchées sont l’Île-de-France (510 cas pour 100.000 habitants), Provence-Alpes-Côte d’Azur (495) et Bretagne (432). « Les hospitalisations pour grippe affectent principalement les personnes âgées (14% ont entre 65-74 ans et 33% sont âgées de 75 ans ou plus) ainsi que les enfants de moins de 5 ans (22%) », selon l’agence sanitaire. « La vaccination reste la meilleure protection », souligne Santé publique France, qui donne des conseils pour limiter la transmission de la maladie : se laver fréquemment les mains, limiter les contacts avec les personnes malades, aérer son logement chaque jour et porter un masque quand on présente un syndrome grippal. Par ailleurs, l’épidémie de gastro-entérite est stable par rapport à la semaine précédente. Cinq régions sont en phase épidémique (Grand Est, Provence-Alpes-Côte d?Azur, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France et Occitanie) et quatre en phase de pré-épidémie (Normandie, Bretagne, Île-de-France et Corse). « Cette épidémie de gastro-entérite est caractérisée par un démarrage précoce, tout en gardant pour le moment une intensité modérée », relève Santé publique France. Enfin, l’épidémie de bronchiolite, maladie qui touche les bébés et enfants de moins de deux ans, est elle aussi stable : elle a causé 4.250 passages aux urgences et 643 visites de SOS Médecins, environ autant que la semaine précédente. Toutes les régions en métropole sont en phase épidémique, sauf l’Île-de-France, qui a passé ce pic, et la Corse, qui est épargnée.