Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le paludisme dans les pays africains

Malgré les efforts consentis dans la lutte contre le paludisme ces dernières années, les objectifs fixés dans la stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016- 2030 semblent loin d’être atteints dans les pays endémiques d’Afrique subsaharienne. Le paludisme, maladie infectieuse due à un micro-organisme parasite du genre Plasmodium qui se transmet à l'homme par l'intermédiaire d'une piqûre de moustique du genre Anophèles1 , y demeure encore une des premières causes de mortalité, et un problème de santé publique. Cette partie du monde compte à elle seule près de 90% des cas de paludisme et des décès associés enregistrés dans le monde en 2016 (OMS, 2016). Pourtant, la même source indique que près de 8 ménages sur 10 possèdent au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII) ; et la proportion des enfants de moins de 5 ans, une des couches les plus vulnérables à la maladie, qui dorment sous la MII, est passée de 2 % en 2000 à 68 % environ en 2015. La morbidité et la mortalité ainsi élevées, se justifieraient alors par les contraintes nombreuses qui entravent encore la crédibilité des systèmes de santé de la plupart des pays endémiques dont les principaux sont le manque de financement, le manque de personnel de santé qualifié, la non-permanence de service. Pour faire face à ces manquements, plusieurs pays africains expérimentent ou mettent en œuvre des réformes nouvelles dans leurs systèmes de santé. Parmi ces réformes, viennent en bonne place celles apportées par le Financement Basé sur les Résultats ou sur la Performance (FBR ou FBP). Le FBR est en fait, une approche des systèmes de santé qui vise à améliorer et stimuler la demande des services de santé surtout maternelle et infantile à travers la gratuité des soins aux indigents et l’amélioration de la qualité des prestations desdits services dans les centres de santé. Plusieurs travaux sur l’évaluation d’impact de cette approche montrent effectivement une amélioration de la qualité de l’offre et de demande de service de santé maternelle et infantile.

Les commentaires sont fermés.