Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Avec un nez

    Si vous vous demandez quel parfum je porte depuis quelques temps, ne cherchez plus. Vous ne le retrouverez nulle par ailleurs. Je l'ai réalisé dans un atelier de création de parfum, à Eze. Cette expérience olfactive, qui a duré près de deux heures, a réuni un groupe de sept novices en la matière (dont moi), dans une atmosphère chaleureuse et très ludique. A notre arrivée, nous avons été reçus par le parfumeur qui allait animer le stage. Il nous a conduit à son repaire, où nous avons découvert les instruments qui allaient être les nôtres : des orgues à parfums ! Rien à voir avec des orgues d'église, non : sous ce nom surprenant se cache en fait de simples ateliers de travail, couverts de fioles sur plusieurs étagères. Il y a plus de 150 flacons pour chaque participant ! L'atelier était en deux partie. La première partie était théorique mais aussi très prenante : c'était une introduction aux différentes familles de parfums, aux matières premières, à la pyramide olfactive... Et il valait mieux être attentif, car ces concepts allaient nous servir tout du long ! Puis nous sommes passés aux choses sérieuses : la création ! Nous avons utilisé le principe de la pyramide olfactive pour créer les différentes notes de notre parfum : les notes de fond pour commencer, qui forment la base et sont les plus tenaces ; les notes de coeur ensuite, qui donnent à un parfum son identité ; et pour finir les notes de tête, qui sont les premières à être senties mais durent moins longtemps (une trentaine de minutes !). Tout le monde était concentré sur ses fioles et ses pipettes, au point d'en oublier le monde extérieur. On se serait cru dans un cours d'alchimie dans Harry Potter ! Les uns visaient à imiter un parfum célèbre, alors que les autres voulaient du neuf, quelque chose d'inédit. Pendant tout l'atelier, l'animateur nous offrait ses conseils, et nous aidait à évaluer notre création. Cette fragrance-là n'était-elle pas trop boisée ? Trop épicée ? Ne fallait-il pas réduire la dose pour obtenir un parfum plus harmonieux ? Par moments, il fallait prendre une pause, pour laisser au nez le temps de se reposer. Puis on replongeait au milieu des flacons, à la recherche de l'accord parfait. A la fin, je suis reparti avec un flacon de 100ml de ma création. Ma femme m'a confié que j'avais l'air aussi fier de moi que ma fille lorsqu'elle rentre avec un collier de nouilles qu'elle a fabriqué à l'école. Mais je vous le demande franchement : qui porte un collier de nouilles au quotidien ? Tandis que ce parfum, je le porte en permanence. Davantage d'information est disponible sur le site de cette création de parfum à Lyon.

  • Favoriser le développement des trafics TGV

    La grande vitesse ferroviaire a « sauvé » le train et la SNCF. Mais paradoxalement, en bouleversant le système de relations entre Paris et les grands pôles urbains, le TGV a introduit une rupture dans le modèle ferroviaire français qui s’était construit sur un principe d’égalité de la desserte ferroviaire de tous les territoires au sein de la République. Cette rupture n’est toujours pas surmontée et deux conceptions s’opposent encore, celle qui considère que le TGV appartient pleinement à la sphère commerciale et est extérieure à la notion même de service public, et celle qui au contraire l’inclut dans le service public du transport de voyageurs. La rentabilité du TGV repose principalement sur la conquête du marché de l’aller-retour dans la journée, voire dans la demi-journée, des voyageurs se déplaçant pour des motifs professionnels entre Paris et les grandes métropoles françaises. Ce marché avec une très forte pointe de demande le matin et une autre le soir ne représente qu’un peu plus de 20% de la demande globale mais environ 35% du chiffre d’affaires et sans doute plus de la moitié de la marge opérationnelle. Il a été créé au début des années 1960 par la compagnie aérienne Air Inter qui a longtemps prospéré en le développant sans avoir à affronter de concurrence. Depuis l’ouverture en 1981 de la ligne Paris-Lyon, suivie en 1989 par l’ouverture de la ligne Atlantique vers Bordeaux, Nantes et Rennes, puis les lancements en 1993 de la ligne vers Lille, Londres et Bruxelles, en 2001 de la ligne Méditerranée et en 2007 de la ligne vers l’Est, le transport ferroviaire a progressivement conquis ce marché.