Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Pétrole: la Russie est la nouvelle Arabie

    En 2015, la Russie est devenue le premier fournisseur de pétrole sur le marché mondial de l'or noir, devançant ainsi l'Arabie saoudite. La Russie est devenue le principal exportateur de brut, comme en témoignent les statistiques rédigées par l'entreprise anglaise BP. L'année dernière, le pays a exporté 74,9% de son pétrole extrait et 33,7% de gaz, devenant ainsi le principal fournisseur d'hydrocarbures en direction des pays européens. La plateforme de traitement du gaz et d'élimination du CO2 de la compagnie pétrolière et gazière Statoil près de la Stavanger, en Norvège, le 11 Février 2016 Parallèlement, la consommation de pétrole et de gaz à l'intérieur du pays a chuté de 5,2% et de 5% respectivement. De manière générale, sa consommation d'énergie a baissé de 3,3%, soit 23 millions de tonnes de pétrole. Néanmoins, la Russie conserve toujours la quatrième place du classement mondial des consommateurs d'énergie, derrière la Chine, les Etats-Unis et l'Inde. De même, elle est arrivée la troisième pour ce qui est de l'extraction de combustibles fossiles, précédée en cela par la Chine et par les Etats-Unis. Sa production de pétrole est montée de 1,2% atteignant ainsi son maximum sur la période post-soviétique. Concernant l'extraction gazière, elle poursuit sa descente ayant baissé de 1,5%, alors que la production d'énergie hydraulique a diminué de 3%. L'extraction de charbon a grimpé de 4,5%, la production d'énergie atomique et de carburants renouvelables de 8% et de 6,8% respectivement, dépassant considérablement les taux de croissance moyens depuis les dix dernières années (2,8% et 2,1% respectivement). La part de la Russie dans la consommation mondiale d'énergie est estimée à 5,1%.

  • L'Allemagne et sa copine Russe

    Le gouvernement allemand a, pour la première fois depuis 2006, préparé une nouvelle édition de son Livre blanc sur la sécurité nationale. Rédigé par le ministère de la Défense, le document de 80 pages a connu des modifications de taille par rapport au Livre blanc précédent. Moscou y est dorénavant considéré comme un "adversaire" et non comme un "partenaire", parce que la Russie "fait disparaître la ligne séparant la guerre et la paix". Wolfgang Gehrcke, l'un des dirigeantes du parti Die Linke (gauche allemande) au Bundestag (parlement allemand), affirme, dans un entretien à Sputnik, que cette tendance est fondamentalement imprudente. "Donc, des mesures qui soutiennent la paix peuvent être qualifiées de militantes, alors que ce qui contribue à la guerre peut être déguisé en fins pacifiques. C'est imprudent, irresponsable et nous nous y opposerons au Bundestag", a déclaré M.Gehrcke. Selon le parlementaire, la majorité des députés du Bundestag est convaincue qu'il n'y aurait pas de sécurité en Europe sans la Russie. Moscou est un partenaire et un garant important de la stabilité en Europe. "Je veux que le parlement mène une politique constructive à l'égard de la Russie. Il est grand temps de mettre un terme à la guerre froide", a-t-il lancé. Le député allemand se demande pourquoi il est impossible d'assurer l'équilibre social et la sécurité collective en Europe avec la Russie? "Une de nos demandes au gouvernement fédéral est la suivante: ne faites pas de la Russie notre ennemi! Mais le gouvernement fédéral fait beaucoup de choses que la Russie prend pour de la provocation. Ni les Russes, ni les Allemands ne veulent la guerre. Par conséquent, on a besoin d'une autre politique", a souligné M.Gehrcke. "A mon avis, le gouvernement fédéral doit renoncer à la préparation des livres blancs. Je veux que le gouvernement fédéral se mette enfin à examiner les propositions sur le désarmement. En outre, il convient de penser au refus de participer à des manœuvres militaires en Pologne. Qui ces exercices comprenant 30.000 personnes visent-ils donc? Là encore, ils visent la Russie", poursuit le parlementaire allemand. Le Livre blanc devrait être soumis à l'approbation du gouvernement avant les vacances d'été. Selon ce document, l'Allemagne fait face à dix menaces, dont le terrorisme international, le nationalisme radical et les risques d'épidémies provoquées par l'augmentation du nombre d'habitants. Moscou a à son tour souhaité que le gouvernement allemand évalue les pour et les contre, avant de qualifier la Russie d'ennemi dans son Livre blanc sur la sécurité nationale.