Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'instant magique

  • La violence des textes religieux

    C’est par le texte que la violence rentre dans le monde. Avant même d'être dans le monde, la violence est dans les textes sacrés et c’est la foi qui l’y a logée. En confiant à l’écriture, plutôt qu’à la simple tradition orale, le soin de transmettre la Révélation de la Parole divine, les trois grands textes sacrés du monothéisme ont donné à la violence ses lettres de noblesse : pire, ils l’ont sacralisée. La violence y devient légitime, sainte même, elle sert à punir ceux qui trahissent la parole divine consignée dans le livre. Deux énormes problèmes surgissent aussitôt : pourquoi faut-il châtier ceux qui sont indifférents, réticents ou infidèles à la parole divine ? Pourquoi ne pas les laisser en paix, en leur tournant simplement le dos ? Et surtout, qui décide de ceux qui trahissent la parole divine ? Si c’est Dieu en personne, c’est un Dieu jaloux, et de la jalousie de Dieu au fanatisme des hommes, il n’y a qu’un tout petit fil que les hommes s’empressent de trancher. Si ce sont les hommes, cela veut dire que Dieu n’est ni juste ni sage, car il prend le risque de les laisser assouvir nombre de vengeances personnelles au nom de la parole divine. Il y a de grands massacres d’Ammonites, de Cananéens de Moabites, de Madianites, d’Amalécites et de Philistins dans le ‘Deutéronome’, le ‘Lévitique’ ou les livres historiques de la Bible. Exterminez leur nom, effacez leur mémoire, n’ayez aucune compassion pour eux, sont des exhortations souvent répétés dans l’Ancien Testament. Après la victoire de Jephté contre les Ammonites, quarante-deux mille hommes d’Ephraïm sont égorgés par ceux de Galaad ; David dans ses ‘Psaumes’ aime l’Éternel, sa haute retraite, son bouclier, sa forteresse, qui châtie les nations, les frappe d’épouvante et efface leur nom à tout jamais. La violence purificatrice est sanctifiée, qu’elle s’exerce contre les ennemis des Hébreux ou qu’elle s’abatte sur celui qui chancelle et dont la loyauté envers la mémoire de son peuple et son Dieu fléchit. “Que ma langue s’attache à mon palais si je ne me souviens pas de toi, O Jérusalem” implore le roi David. Cette sainte violence, on la retrouve dans le Coran, verset 60 de la sourate, entre autres : “Préparez vos forces au maximum de votre puissance pour frapper de terreur les ennemis d’Allah et vos ennemis et d’autres encore que vous ne connaissez peut-être pas mais qu’Allah connaît”. Elle est chez les prophètes, Isaïe notamment : “Poussez des cris et des hurlements car le jour du Seigneur est proche… oui, il arrive implacable, le jour du Seigneur, jour d’indignation, de colère et de fureur, qui va dépeupler la terre et exterminer tous les criminels”. “Laves de haine rapportées par le linguiste Claude Hagège dans son dernier livre ‘Les religions, la parole et la violence’” Elle est dans la mission du Christ, écrite par Matthieu : “Je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée et la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère… l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison… celui qui aime plus son père et sa mère que moi n’est pas digne de moi, celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi… celui qui conservera sa vie la perdra”. Plus insidieuse encore, parce qu’elle est passée de texte en texte et s’est retournée contre les monothéismes concurrents au lieu de se focaliser contre les païens ou les polythéistes, on retrouve la sainte violence chez les Pères de l’Église ou chez Luther, solidaires dans leur haine folle des juifs : “si nous voulons laver nos mains du blasphème des juifs, il nous faut nous séparer d’eux, et les conduire comme des chiens enragés” écrit Luther, précédé dans son délire, douze siècles auparavant, par Grégoire de Nysse : “ils résistent à la grâce, ce sont les comparses du diable, race de vipères, des délateurs, des calomniateurs, des obscurcis du cerveau”. Laves de haine rapportées par le linguiste Claude Hagège dans son dernier livre ‘Les religions, la parole et la violence’. Il y a une méthode pour conjurer la violence des religions, la laïcité. Séparant le pouvoir spirituel du temporel, elle garantit la liberté de conscience et de culte dans la mesure où l’État s’interdit d’intervenir sur le contenu des croyances et sur l’exercice de leurs cultes. Mais la laïcité ne suffit pas, au moins pour deux raisons : elle n’est pas universelle, et sa capacité à susciter l’enthousiasme est hélas bien faible face aux promesses folles des paradis radieux édifiés sur des chemins de sang. Il est d’autant plus difficile d’éradiquer la violence du cœur des hommes qu’elle est programmée par les grands textes sacrés de notre culture. La folie de tous les intégrismes prospère ainsi : lire le texte à rebours du monde dans lequel nous vivons, sacraliser l’écriture en la coupant de la parole délibérative des hommes, infiniment vivante et mobile, transformer le texte en arme fatale pour détruire le monde au lieu de le comprendre, en faire l’unique dépositaire de la parole divine et s’en servir comme bouclier pour se consoler ou se venger de toutes les frustrations imaginables. Tant que l’appel au meurtre est oral, ses ravages sont limités, même si le génocide rwandais pourrait démontrer le contraire. Quand la violence trouve sa dignité dans un texte sacré, elle explose en volume et en intensité. Orale, la violence reste folle, textuelle, elle devient délirante. Deux remèdes à cela : aimer un Dieu unique mais muet, ou se réconcilier avec les dieux antiques ! Car ces derniers, comme ceux du panthéon hindou, ne sont pas tenus par une parole divine qu’il s’agit de confier une fois pour toutes au texte sacré. Quand ils parlent, ils peuvent se contredire, comme les hommes : cela n’exclut pas la violence du monde ni le fanatisme de certains prêtres, mais cela rend moins nécessaire les guerres de religion que se sont livrés les grands monothéismes, en leur sein même, catholiques avec protestants, sunnites avec chiites ou les uns contre les autres. “Quand la violence trouve sa dignité dans un texte sacré, elle explose en volume et en intensité. Orale, la violence reste folle, textuelle, elle devient délirante” L’univers est étrange et infini, le mystère irréductible, le mal existe, nous avons du mal à accepter la mort, la transcendance est un besoin assez universellement partagé, même si c’est avec des intensités très différentes, nous sommes tous plus ou moins travaillés par l’idée du salut même si les modalités de sa réalisation sont infiniment variées. Voilà sans doute les quelques constantes humaines qui motivent notre commune pulsion de croyance. Mais dès qu’un texte sacré prétend garder la parole divine, les esprits s‘enflamment, les cœurs se ferment. On oublie la leçon universelle de Gandhi : “Nul être humain n’est mauvais au point de ne pouvoir être sauvé. Et nul n’est assez parfait pour avoir le droit de tuer celui qu’il considère comme mauvais”.

  • Le coût de la vigne

    Dans la vigne, les chiffres donnent le tournis : à 1,1 million d’euros, le prix moyen d’un hectare en Champagne a quadruplé depuis le début des années 1990, celui des grands crus de côtes-de-nuits et de côtes-de-beaune (bourgogne) a même septuplé. A l’autre extrémité du spectre, un hectare de muscadet se négocie entre 8 000 et 15 000 euros. Sachant que le prix moyen d’un hectare de vigne en appellation d’origine protégée est de 140 600 euros en France, l’éventail des prix est gigantesque. Pour exploiter soi-même un ¬vignoble, un minimum d’une vingtaine d’hectares est nécessaire si l’on veut parvenir à dégager des revenus, selon Michel Veyrier, de l’agence Vinea Transaction. Le ticket d’entrée se chiffre donc en centaines de milliers, voire en millions d’euros, sans oublier le prix du bâti si l’on veut loger sur place avec sa famille. Et il faut ¬attendre au minimum un an et demi avant la vente de la première récolte, avec un besoin en fonds de roulement de l’ordre de 10 000 euros par hectare et par an. Ce qui signifie, pour 100 hectares de vigne, une dépense de 1,5 million d’euros en dix-huit mois ! L’une des principales motivations des acheteurs de vignes est le ¬régime fiscal privilégié qui leur est accordé. Comme pour les terres agricoles, le fermage est très encadré. Les loyers perçus entrent dans la catégorie des revenus fonciers, desquels on peut déduire la taxe foncière et les intérêts d’emprunt. L’une des principales motivations des acheteurs de vignes est le ¬régime fiscal privilégié qui leur est accordé. A savoir : le propriétaire a droit à un abattement de 75 % de la valeur de son bien jusqu’à 102 517 euros et de 50 % au-delà pour l’impôt de solidarité sur la fortune et la donation-succession, ainsi qu’à une petite réduction d’impôt sur le revenu de 18 % dans la limite de 11 400 euros pour un couple, qui rentre dans le plafond des niches fiscales.

  • Congrès BCN

    Aujourd'hui, c'est pourquoi je veux parler de l'analyse d'un intervenant à l'occasion d'un séminaire à Barcelone. Cet individu remettait en cause le modèle du brand content, et son intervention a eu l'avantage de réanimer les participants. L'accusation faite à l'égard des marques de voler le boulot des médias historiques est passablement courante. Néanmoins, le fait que des experts autoproclamées le ressortent à tout-va, comme si le contenu était une espèce de sphère protégée dans lequel les marques ne seraient pas bienvenues m'agace sérieusement. Ce dénigrement est souvent basée sur la pensée qu’il y aurait en somme la fine fleur des intellectuels qui savent et qui a le devoir d'instruire le troupeau prisonnier de son ignorance. Bien entendu, il faut empêcher les consommateurs d'être dupés par les marques, incapables qu'ils sont de faire la différence entre une publicité travestie un contenu réel. Ce que je relève fréquemment avec les consommateurs, c’est que les publics sont en fait instruits, informés des mécanismes de la communication et du marketing. Ils savent parfaitement faire la distinction entre des contenus commerciaux, des contenus éditoriaux, des contenus hybrides. Pour autant, les demandes de respecter l'éthique demeurent légitimes (je songe en particulier aux contenus de marque qui s'adresse aux enfants), et il convient den tenir compte. Il existe effectivement être soustraits à la présence des marques. Mais ces réserves ne doivent pas devenir 'excuse pour priver au spectateur la faculté d'apprécier lui-même les contenus présentés. La condition vitale est d'être en mesure d'authentifier qui est l'émetteur, et quel est son but. Si le consommateur a le les rênes en main, et son pouvoir doit être en mesure de s'appliquer aussi aux médias classiques. Les marques peuvent tout aussi aptes à développer des contenus aussi touchants et valables que les médias. Ce congrès a démontré encore une fois que les médias classiques s'inquiètent de l'arrivée de ces nouveaux médias.Retrouvez toutes les infos sur ce séminaire entreprise à Barcelone en suivant le lien.